(FR) 04 88 62 77 77(CAT) 972 65 77 77

5ème année de l’hôpital transfrontalier

Après cinq ans depuis qu’il a ouvert ses portes, l’Hôpital de Cerdagne a déjà un savoir-faire établi et les usagers des deux Cerdagnes et du Capcir se sont peu à peu adaptés au modèle transfrontalier de soins hospitaliers. Les chiffres d’activité d’un hôpital comme celui-ci, situé en territoire de montagne et ayant tout juste un peu plus de 30 000 habitants à l’année, sont forcément modestes. Néanmoins, quant à l’objectif d’accroître et d’attirer la patientèle française, les résultats restent suffisamment satisfaisants. Dans un secteur où la population n’avait auparavant jamais eu accès à des soins hospitaliers de proximité, le défi était de persuader les usagers et médecins de ville français qu’un petit hôpital peut gérer efficacement un nombre important de pathologies pour lesquelles le déplacement à Perpignan n’est plus nécessaire. D’après les statistiques, cet objectif est progressivement atteint.

Croissance constante du nombre de patients français

« Il reste beaucoup de travail à effectuer quant aux aspects administratifs – affirme le Dr. Francesc BONET, directeur général de l’Hôpital de Cerdagne – mais les grands sujets ont été résolus petit à petit, nous avons obtenu, au fur et à mesure, la confiance des usagers du nord de la frontière ».

En effet, l’accroissement de la fréquentation de patients français a augmenté sans arrêt depuis le jour de l’ouverture de l’établissement. Celle-ci diffère en fonction des services, mais ces derniers confirment tous la tendance à la hausse. À titre d’exemple, le nombre d’usagers français aux consultations externes a doublé en 2018, les patients français ayant été opérés à l’hôpital transfrontalier passent de 16 % en 2015 à 23% en 2018.

Les séjours hospitaliers ont augmenté de 20% à 26%. Les patients français fréquentent également d’avantage des services moins assujettis au choix personnel tels que les urgences, les accouchements ou les examens diagnostiques.

« Cinq ans c’est une période courte pour évaluer l’évolution de notre croissance », affirme le Dr. BONET. « Il convient de garder à l’esprit que la mise en service d’un hôpital est un processus compliqué et que le caractère transfrontalier de notre cas nous a causé beaucoup de difficultés. Cependant, nous sommes grosso modo satisfaits des résultats et notamment de l’acceptation de ce modèle pour la part des usagers et professionnels de la Cerdagne et du Capcir ».

La cible de l’Europe

« En ce moment, l’Hôpital de Cerdagne est la cible d’une bonne partie d’instances de l’Union Européenne. En 2016, cette dernière nous a accordé le prix à la meilleure expérience de coopération transfrontalière et pendant ces deux dernières années nous avons été constamment invités à participer à des journées et séminaires pour expliquer notre expérience », affirme le directeur du transfrontalier.

« Notre travail pionnier a également été reconnu par le biais d’aides pour d’autres projets transfrontaliers en cours, tels que l’initiative « Quand les urgences effacent les frontières », qui a reçu le soutien du programme B solutions, ou l’étude visant à résoudre rapidement la reconnaissance réciproque de diplômes professionnels.  La problématique de la simplification des démarches des transferts de défunts français a été un peu difficile gérer, car elle n’a été résolue qu’à la conférence de février 2017, mais il semblerait qu’à présent on attire l’attention des autorités de Bruxelles et je suis assez optimiste quant aux solutions pouvant arriver au travers de cette voie ».

Nouveaux projets médicaux

D’après le Dr. BONET, le 5ème anniversaire de l’hôpital n’est pas la fin de la consolidation mais un point à la ligne avec des nouveaux défis. Parmi ces derniers, il est envisagé d’étendre les alliances avec des hôpitaux de référence, tels que l’hôpital Sant Pau de Barcelone, en vue de renforcer des services  comme la gynécologie/obstétrique et d’étaler l’offre de santé mentale, sous forme d’hôpital de jour, pour la population catalane et française en collaboration avec les établissements de Manresa, côté sud, et Thuïr, côté français.

Activité depuis l’ouverture

Entre le mois d’août 2014 et août 2019 127.000 passages aux urgences ont été registrés; aussi 165.000 consultations externes de médecin spécialiste, plus de 155.000 tests d’imagerie médical et plus de 5.600 interventions chirurgicales. Pendant cette période 9.850 patients ont été hospitalisés et 738 bébés sont nés dans l’Hôpital international des Pyrénées